de Chazelles

forum privé
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour Invité, ta dernière visite date du , tu as écrit 0 messages sur le forum de Chazelles

Partagez | 
 

 LE MARQUIS DE BARONCELLI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
monik B

avatar

Date d'inscription : 25/05/2010

MessageSujet: LE MARQUIS DE BARONCELLI   Dim 30 Mai - 18:46

La malédiction de Cassiopilate

« Le marquis de Baroncelli ( cousin germain de grand père Jean de Chazelles )a écrit que dans sa jeunesse, il avait assisté, au Chateau de Bellecôte, à des séances de spiritisme.
L'esprit, Suspect qui communiquait avec les habitants du domaine faisant tourner les tables, répondait au nom de Cassiopilate What a Face
c'était un esprit vindicatif Twisted Evil .
Bien souvent, le Marquis attribuait la suite de ses ennuis, de ses déboires, à cet esprit maléfique (...). affraid


Dernière édition par monik B le Jeu 27 Aoû - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
monik B

avatar

Date d'inscription : 25/05/2010

MessageSujet: Re: LE MARQUIS DE BARONCELLI   Jeu 27 Aoû - 17:55

un article de François Jacob-Burned-Wolf n trouvé sur le net

La Camargue rouge et Baroncelli... "Lou Marqués" et Jacob White Eye


En ce temps là (1905), le nouveau monde avait déjà été conquis et ses valeurs dépossédées par les envahisseurs cupides issus du vieux monde... Après 400 ans de génocide, de trahisons, d'évangélisation aveugle autant que criminelle, les natifs du continent de la "grande tortue" (Amérique), étaient passés de 15 millions d'âmes à quelques milliers de survivants parqués dans des réserves comme des animaux d'abattoir. Au terme du pire massacre organisé et ignoré qu'aucun peuple ne connaîtra jamais, les États-Unis d'Amérique avaient désormais bâti leurs fondations mercantiles sur le sang du génocide Amérindien. Sous la terreur, les valeurs indigènes avaient été troquées contre celles, imposées d'une église si étroite que de leurs croyances elle n'avait pas pu malgré leur indulgence totalement effacer leurs persuasions.

Le monde Amérindien se mourrait, faible, et sans grand espoir, gardant jusqu'au bout en son sein Dignité, Bravoure, et franchise mais aussi son abnégation docile.

Non content d'avoir décimé des tribus indiennes au service d'une armée colonisatrice, un homme, célèbre pour ses exactions, ses tueries animales et humaines et son mépris des valeurs naturelles dés lors qu'elles ne lui étaient pas soumises, décida d'exhiber à L'ennui de cette vieille Europe en mal de sensations, ceux qu'au coté des usurpateurs il avait aidé à vaincre.



Surnommé "Buffalo Bill" pour ses aptitudes à massacrer des troupeaux de bisons, le capitaine William Cody, mercenaire opportuniste, créa un cirque gigantesque autour du spectacle de centaines de figurants mettant en valeur ces dernières heures de l'ouest Américain qui avaient fasciné ses instincts destructeurs.

L'immense troupe du "Buffalo Bill Wild West" et son "congres of rough riders" durant presque 3 ans, amena "la Prairie aux palaces", lors d'un périple de 63.000 miles en Europe puis dans ces États-unis qui avaient déjà oublié leur passé sali du sang des tribus autochtones.

Le 8 Août 1905, l'énorme campement  est établi en France, en Avignon, en Courtine, sur le lieu dit des grandes manœuvres, (à 1 km du futur siége d'Ultimathera...).

Un Homme, noble de cœur avant de l'être de sang, entend parler des fantastiques cavaliers du B.B.W.W. Il est provençal, d'origine italienne florentine. Et même s'il est né dans l'aisance à Aix en Provence, son âme bat malgré tout pour la Camargue et sa rudesse inhospitalière. Défenseur de cette région et de ses valeurs, Baroncelli a fondé dés 1904 la "Nacioun Gardiano", entité à la fois géographique, éthique, morale et humaine autour de son peuple cavalier, du monde gitan qu'il protége, et de ce pays difficile animé de chevaux et de taureaux sauvages qu'il veut faire vivre à tout crin.

Folco de Baroncelli vit, pense, écrit parmi les chevaux et les taureaux de Camargue.. qu'il protége et admire. Il est attiré par ces peaux rouges Sioux que "Buffalo Bill"  a amené. Il les rencontre en Avignon. D'emblée, ces hommes dont la langue est différente de la sienne le fascinent et c'est réciproque. L'un d'eux, Jacob White Eye parle et écrit en anglais couramment. Avec lui, Baroncelli forgera une amitié plus qu'intime. Il les ramènera vivre durant quelques mois avec lui, aux Saintes Maries de la mer.

Les autres, Sam Lone Bear, et Iron tail les accompagnent. Les lakotas se sentent presque chez eux dans cette nature sauvage qui leur rappelle leur terres autrefois libres. Baroncelli apprend du monde sioux autant que les sioux apprennent de la Camargue.

De la culture équestre Lakota complice, Baroncelli affirme la monte libre...Baroncelli monte à cru façon Lakota

Ces mois sont autant d'échanges et de conversations pour les uns et les autres que de gages matériels d'Amitié entre les hommes: le vin blanc de Chateauneuf du Pape aide les conversations malgré les langues différentes. Les chevaux Camargue rustiques et agiles fascinent les sioux.  Les lakotas laissent à Baroncelli des objets authentiques, parure, mocassins, coiffes. Plus tard, pour les aider, il leur enverra dés 1905 des mandats pour faciliter leur vie précaire durant les dernières heures de la troupe.
Car le cirque infernal repartit dés l'Automne 1905 pour une tournée italienne, puis en Europe centrale, en Allemagne, en Belgique... Le cirque repartira en 1906 sans un de ses hommes descendant de Last horse, échappé de la troupe, et à la recherche de ce camarguais qui accueille et aide les sioux... Officiellement, on ne le revit jamais...

Dés cette période et jusqu'en 1917, une correspondance réciproque et serrée s'établit entre Baroncelli et Jacob White Eye. Ces courriers sont bien plus que des échanges culturels de simples correspondants. Les 2 hommes parlent de manière intense de leurs valeurs, de leurs déboires, de la mort de leurs proches. Vite, Baroncelli, l'italien noble ressent son indianité et la confie à Jacob le rouge. Jacob le considère d'emblée comme l'un des leurs. Baroncelli est parfois littéraire, mais poignant. Jacob est chroniqueur des dernières heures de Dignité de la réserve de Pine Ridge où après avoir refusé de suivre Buffalo Bill il regarde son peuple s'éteindre.

Pendant longtemps, malgré la guerre de 1914 qui ralentit le courrier,  les 2 hommes établissent un pont au-dessus de l'histoire, des horreurs passées, et parlent de chevaux, de taureaux, de souvenir du vin blanc, de liberté... d'Amour entre peuples, entre "Fraïres rouges".

En Octobre 1905, Baroncelli écrira sur l'air d'une Ghost Dance Lakota (dance des Esprits), la complainte du Soulomié Rouge (La ballade rouge) issue de son livre "blad de luno", en hommage à ceux des peuples rouges tombés sous l'avidité des blancs. Dans de nombreux courriers, Baroncelli déclare qu'il a été Indien dans une autre vie et que son cœur est resté "rouge".

Longtemps après cette correspondance, Baroncelli gardera intact le souvenir de ses frères Lakotas de l' autre monde qui l'avaient surnommé Zinkala washté (oiseau fidéle)...

Baroncelli s'est investi dans d'autres combats justes et humanitaires sans oublier ses amis du peuple rouge. On lui doit entre autres d'avoir sauvé en leur conférant un statut les races de taureaux et de chevaux de race Camargue. Il défend le peuple gitan (et lui donne droit de cité contre l' Église  au pèlerinage des Saintes), les Boers, et tout ceux qui souffrent, issus de minorités ou du dédain d'une société ignorante et égoïste.

Bien avant d'autres, au delà des clivages politiques, de souche noble, il luttera pourtant pour les communistes sous la dictature franquiste espagnole, et Il mourra en 1944 en Avignon, appauvri par ses luttes , en être libre, ruiné mais digne. Avec certains du félibrige dont Joseph d'Arbaud, manadier comme lui, ils écrivirent longtemps en faveur du peuple rouge et des chevaux, malgré le manque d'ouverture d'esprit.

Peu de touristes qui traversent les Saintes Maries ont eu la curiosité de pousser la porte du petit musée de "Lou Marqués" aux Stes Maries, ou mieux du Musée du Roure en Avignon, et de découvrir sa vie de cavalier-chevalier, militant écologiste avant l'heure, protecteur des animaux, de la nature, des valeurs et vraies traditions locales, des minorités proches ou lointaines, de de tout ceux que d'autres ont oublié pour mieux les exploiter...

A Pine ridge, les Lakotas ont gardé précieusement la correspondance de "Lou Marqués", et certains, plus prés de nous reviennent parfois se recueillir depuis le Nouveau Monde sur le tombeau du Marquis à peine signalé aux visiteurs des Saintes Maries.

Il restent persuadés qu'un jour "Montezuma", le Messie, Fils du Soleil reviendra et qu'alors "les fils de la Terre reprendront possession de la terre et les temps passés redeviendront les temps nouveaux"...

J'ai ignoré durant 18 ans ce petit musée, préférant les échoppes amérindiennes de la rue piétonne des Saintes, et les dunes sauvages du delta de Camargue. En poussant la porte, en découvrant le portrait en pied de cet In-Dien fou de chevaux qui porte le même nom que le mien, j'allais rentrer irréversiblement dans mon passé, et renouer avec ces sensations qui me hantent depuis que je me souviens de mes rêves. Mais le choc fut de découvrir à 2 pas de l'endroit où je vis au musée du Roure d'Avignon grâce à sa conservatrice, la somme énorme de photos, données recueils et courriers traduisant une relation vieille de 100 ans entre un homme qui a défendu la Vie, et un autre qui a raconté le déclin de son peuple sur du papier jauni et des cartes postales.

A mon tour, je travaille pour rétablir la vie, "rue de la vénus d'Arles", à 2 pas de la "rue de la ballade rouge"... et pendant des dizaines d'années, j'ai ignoré comme des milliers de provençaux que cette rue d'une cité difficile était un hommage vibrant décerné par le Marquis humaniste d'une Terre Ultime au peuple libre de ceux qui s'éteignaient sous le soleil d'une autre Amérique.

Je ne connais pas mes origines exactes. J'ai découvert récemment qu'elles se situent au delà de l'état civil, à ce moment même où une centaine d'indiens, déracinés par Buffalo Bill, ont aussi croisé le regard d'une de mes ancêtres, à Marseille...  J'ai été profondément ému, retourné comme quelqu'un retrouvé par la trace furtive voire effacée des pas de "ceux qui ont été avant". Je sais juste comme le prétendait Baroncelli que mon Sang a déjà vécu au sein du Peuple Rouge. Je comprends maintenant où j'ai appris à vivre et me sentir mieux  prés des chevaux libres, pourquoi j'aime rougir ma peau au soleil ardent et pourquoi je ressens autant de douleur et d'amour en me souvenant des  visages burinés de  ces femmes et de ces hommes, abandonnés par l'indifférence et la cupidité d' une humanité blanche conquérante.

Je me rappelle maintenant, mieux qu'au cours de ces milliers de rêves où ma Conscience s'est doucement réveillée. Je me souviens de mieux en mieux... et je compte bien continuer le travail de ces hommes et femmes qui ont lutté et donné leur Vie pour celle des plus petits d'entre eux, fussent-ils animaux ou "humanimaux"...

François Jacob-Burned-Wolf


Dernière édition par monik B le Ven 28 Aoû - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
monik B

avatar

Date d'inscription : 25/05/2010

MessageSujet: Re: LE MARQUIS DE BARONCELLI   Jeu 27 Aoû - 17:57

un autre article du net [url=http://robert.fauque.free.fr/Index/Mon site Archives/am%C3%A9rique/histoireindientextes1.htm]http://robert.fauque.free.fr/Index/Mon%20site%20Archives/am%C3%A9rique/histoireindientextes1.htm[/url]
DES INDIENS EN CAMARGUE !!!
      Né à Aix-en-Provence le 1er novembre 1869, Folco de Baroncelli appartient, autant par sa  mère que par son père, à l'aristocratie provençale. Issu d'une famille qui n'hésita pas à se ruiner pour  servir la cause royaliste, Folco s'enflamme facilement pour toutes les causes désespérées : gitans, (il  participait, en compagnie de ses gardians, aux célébrations des deux saintes : Sarah et Marie, aux  Saintes Marie de la Mer), cathares, Boers d'Afrique du Sud. C'est donc, naturellement qu'il prend  fait et cause pour les  Indiens d'Amérique. Dès sa jeunesse, il collectionnait des ouvrages sur  l'Ouest américain et les  Indiens. Homme de cheval, le Marquis Folco de BARONCELLI-JAVON,  vivait dans un mas en  Camargue  au siècle dernier.
 Le Marquis eût une tendresse toute particulière pour les indiens lorsque le Colonel CODY,  plus  connu sous le nom de BUFFALO BILL débarqua en Europe, avec son "Buffalo's Wild  West".  Dès lors, il n'eût de cesse de vouloir les rencontrer et de s'en faire des amis, à partir de  l'amour  partagé des cheveaux et des espaces libres. Ses plus importantes rencontres eurent lieu  en 1905  et 1906, avec un temps fort le 27 octobre 1905 où Folco de BARONCELLI, avec  quelques  gardians viennent saluer la venue de la troupe de Buffalo Bill à Nîmes.C'est là qu'il  lança son  invitation à deux grands chefs indiens et deux cow-boys de venir assister au triage de  taureaux  sauvages dans les près du Cailar, avec une "abrivado" jusqu'à Gallargues. Les  indiens, pendant  un long moment, assistèrent en silence au travail des gardians ; puis, se  dressèrent de dessous leur  couverture et se mirent à applaudir chaudement chaque mouvement  d'adresse des chevaux et des  gardians.
Il y avait là, "Queue de fer", un homme magnifique qui, malgré ses 75 ans, sautait comme un félin sur son cheval. Il fut, en  son temps un fier guerrier qui donna du fil à retordre aux visages pâles. Fait prisonnier après la grande guerre de 1876, il  accepta de suivre BUFFALO BILL et sonshow,  à travers le monde. L'autre chef s'appelait "Ours Solitaire", était jeune  (28 ans) et avait suivi des études à New-York, mais n'a pas trahi son peuple en préservant ses coutumes et l'âme  indomptable de l'indien.
Au cours de rencontres, le meilleur ami du Marquis sera un Sioux nommé JACOB WHITE EYES, ce qui signifie "Jacob  les yeux blancs". C'est le seul indien qui sache parler et écrire l'anglais. Ainsi, il deviendra tout naturellement l'interprète de  Folco. Une correspondance s'établit entre les deux hommes et le Marquis reçu des cartes postales de bons nombres de ville  où la troupe de BUFFALO BILL s'installait, puis par la suite des lettres et des photos de la réserve où JACOB était  retourné.
    Le Marquis de BARONCELLI voulait tant s'identifier aux indiens et à leur cause qu'il endossait le magnifique costume  auréolé de plumes que son ami Jacob lui avait envoyé. C'est, sans doute, pour se consoler de ne pas en être un (de Sioux)  que Foco écrivit la complainte "Soulomi Rouge" ("Ballade Rouge"- 1906) sur l'air indien de la Danse des Esprits, qui sera  ensuite traduit en anglais pour les Indiens. De leur côté, les Sioux lui ont donné un nom indien : ZINTKALA WASTE, ce qui  veut dire "Oiseau fidèle"
 Quelques années plus tard, sa rencontre avec Joe HAMMAN donne lieu au tournage de westerns en Camargue, aux  abords des Saintes Marie de la Mer. Folco de Boroncelli, éleveur réputé et respecté, fait office de véritable régisseur,  recrutant les figurants et rassemblant les chevaux et taureaux nécessaires aux tournages. Son aide sera précieuse pour Joe  Hamman. Par la suite, Folco continue de prêter ses chevaux et ses taureaux pour d'autres films d'aventures, notamment  grâce à son frère, le cinéaste Jacques de BARONCELLI.
 Le Marquis de Baroncelli meurt en 1943, à l'âge de 74 ans, après avoir été blessé par un cheval et vu son mas réquisitionné  par les allemands, ce qui l'affecta beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
monik B

avatar

Date d'inscription : 25/05/2010

MessageSujet: Re: LE MARQUIS DE BARONCELLI   Jeu 3 Sep - 22:53

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MARQUIS DE BARONCELLI   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MARQUIS DE BARONCELLI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La cabale du Divin marquis
» marquis de la ferté
» Marquis d'Angerville
» L'humeur joviale sied aux Marquis.
» Domaines du Pélican 2012 et Marquis d'Angerville 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
de Chazelles :: Documents, généalogie :: Branches cousines-
Sauter vers: